Thème CCSM 2020

Thème CCSM 2020

La santé mondiale face au changement climatique

S’appuyant sur la plénière de clôture de 2019, la 26e Conférence canadienne sur la santé mondiale (CCSM) appelle la communauté de la santé mondiale à agir autour de la santé de la planète, un terme défini comme la santé de la civilisation humaine et l’état des systèmes naturels dont elle dépend1. Les sociétés et les systèmes de santé dans lesquels nous vivons doivent être à la fois résilients et sensibles aux défis du changement climatique, l’enjeu primordial de notre temps.

Tout au moins à court terme, la COVID-19 continuera d’être une priorité sanitaire mondiale exacerbant la charge de morbidité pour les populations déjà touchées par les inégalités en matière de santé et les problèmes environnementaux. Bien que la conférence se concentrera sur les questions de promotion de l’environnement et de la santé dans un contexte de santé mondiale, nous profiterons de l’événement pour échanger sur des idées soulevées dans des contextes de planification pandémique et pouvant accélérer les progrès en ce qui concerne l’environnement, la santé et les objectifs de développement durable (ODD).

1. Commission Rockefeller-Lancet, 2015

« Aujourd’hui, nous vivons plus longtemps et de manière plus prospère que jamais. Les avancées sans précédent en matière de santé publique, agricole, industrielle et technique du XXe siècle ont créé les conditions d’une meilleure santé pour des milliards de personnes. Pourtant, ces formidables progrès socioéconomiques pèsent lourdement sur les systèmes naturels de la Terre. Nos modes de consommation de ressources très inéquitables, inefficaces et non durables, ainsi que la croissance démographique, dégradent la nature de manière à compromettre notre bien-être, notamment par :

La réduction de la sécurité alimentaire et de la nutrition

  • Perte de ressources en eau douce
  • Exposition plus élevée aux maladies transmissibles et augmentation des maladies non transmissibles; et
  • Augmentation des pertes en vie et bien-être causée par des événements météorologiques extrêmes »

                  (Commission Lancet-Rockefeller sur la santé de la planète)

Il devient évident que des alliances non traditionnelles entre les ressources humaines en santé dans les établissements de soins de courte durée, les programmes de promotion de la santé menés par la communauté, l’expertise gouvernementale en matière de suivi et d’évaluation et la collaboration du secteur privé seront nécessaires pour répondre aux complexes défis environnementaux mondiaux.

À la CCSM, les immenses gains en santé au XXIe siècle seront mis en évidence. Les défis et les solutions qui nous ont conduits ici seront examinés et nous nous demanderons si ces stratégies demeureront pertinentes dans un contexte de changement. Cela sera exploré à travers les sous-thèmes suivants :

 
  1. Environnement et changement climatique
  2. Systèmes de santé et charge de morbidité
  3. Innover pour la santé
  4. Politique en changement

Sous-thèmes

Environnement et changement climatique

Les effets observables du changement climatique mondial tels que les sécheresses, les inondations, les fréquents incendies de forêt, l’intensité plus élevée des tempêtes tropicales et des vagues de chaleur, la fonte des glaciers et l’élévation du niveau de la mer sont liés à la pauvreté, à l’insécurité alimentaire et aux catastrophes. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’effet du changement climatique se fait sentir partout et est exacerbé dans les pays du Sud, où les crises humanitaires sont de plus en plus fréquentes et les ressources pour atténuer ou gérer leur impact sont limitées.

Le changement climatique affecte à la fois l’environnement naturel et construit. Les problèmes découlant des environnements créés par l’humain, résultant des changements dans l’utilisation des terres, l’urbanisation et la mondialisation, comprennent la pollution de l’air, l’eau potable contaminée, la surpopulation, l’insécurité alimentaire et la propagation rapide des maladies infectieuses (voir Thème 2).

Pourtant, les deux types d’environnements changeants ont un impact direct sur la santé humaine, de même qu’ils affectent les déterminants sociaux, culturels, économiques et commerciaux de la santé. Les effets néfastes des changements environnementaux n’affectent pas les gens de la même manière. Les inégalités en matière de santé sont en augmentation, les femmes et les filles étant particulièrement touchées, souvent en raison des normes sociales et culturelles (par exemple la nutrition des femmes et des filles, leur rôle de porteuses d’eau, de soignantes, d’agricultrices, leur exposition à des situations à risque dans des contextes de fragilité). \

Mots clés :Environnements construits; villes saines; environnements naturels (y compris les systèmes alimentaires, les animaux, l’air, l’eau, la qualité de la terre); conditions météorologiques et événements météorologiques aigus; genre et changement climatique; désastres naturels; fragilité; crises humanitaires (y compris les conflits et les migrations); santé de la planète, déterminants sociaux de la santé

Systèmes de santé et charge de morbidité

« La crise climatique est une crise sanitaire. » (OMS, 2020)

Les coûts économiques et sociaux du changement climatique pour le secteur de la santé continuent de grimper. De l’évolution de la charge de morbidité aux conditions de travail des agents de santé fournissant des services, en passant par la gestion des médicaments (approvisionnement de la chaîne du froid) et les établissements de santé à risque, des stratégies efficaces d’atténuation et d’adaptation devront être envisagées, en particulier dans une période où nos systèmes de santé publique sont sous pression en raison de crises budgétaires. Les plans d’urgence et les réponses humanitaires pour l’exploitation des établissements de santé face aux catastrophes naturelles nécessitent l’attention et la collaboration de partenariats auparavant improbables.

Le leadership et les compétences nécessaires au personnel de santé, dans le cadre des pratiques cliniques et de santé publique face aux nouveaux types de maladies résultant du changement climatique et à l’écologisation des systèmes de santé, nécessitent une exploration plus approfondie des approches collaboratives et des nouveaux cadres de soins. De plus, la façon dont nous abordons l’environnement et le changement climatique dans la conception de solutions numériques sera essentielle pour comprendre les soutiens technologiques dont ont besoin les fournisseurs de soins de santé et les populations qu’ils desservent.

Dans le contexte de la croissance économique continue et des progrès en santé à l’échelle mondiale, le changement climatique devrait entraîner des décès supplémentaires en raison de l’exposition à la chaleur chez les personnes âgées, de la diarrhée, du paludisme et de la dénutrition infantile. Les maladies non transmissibles (MNT) et les maladies infectieuses sont toutes deux affectées par le changement climatique : nouveaux modes de transmission vectorielle de maladies; maladies chroniques (vulnérabilité au stress environnemental chez les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants); problèmes respiratoires dus à la pollution de l’air; santé mentale (choc post-traumatique — inondations, tempêtes, etc.); santé maternelle et infantile (accès aux services, approvisionnement en eau et sécurité alimentaire); et les maladies cardio-vasculaires et rénales (chaleur et froid extrêmes).

Quel est le lien avec les déterminants sociaux de la santé lorsque le statut socioéconomique fait une différence dans la charge de morbidité, les mouvements de migration et la planification d’urgence? Comment les programmes communautaires de promotion de la santé et d’intervention précoce peuvent-ils améliorer la résilience et les profils de risque des populations confrontées à des stress environnementaux?

Mots clés : MNT/MTN/maladies infectieuses/tropicales; pandemié; santé mentale; santé des migrants; santé des réfugiés; nutrition; résistance antimicrobienne (RAM); santé et ressources humaines; financement en matière de santé; services de santé; systèmes d’information sanitaire (SIS); écologisation du système de santé; agents de santé communautaire

Innover pour la santé

Les sociétés qui réussissent investissent dans le bien-être de leurs populations et protègent leurs droits, comme en témoignent les pays ayant amélioré leurs mesures sanitaires et économiques au cours des dernières décennies.

Le paradigme à travers lequel de nombreux pays opèrent aujourd’hui reflète de plus en plus le rôle des femmes et des filles comme de puissantes agentes de changement capables de transformer leurs environnements familiaux, leurs sociétés et leurs économies. Nous sommes confrontés à un difficile problème d’autonomisation pour les femmes et les filles, en particulier en période de crise où la violation des droits humains fondamentaux est trop souvent tolérée, mais en attendant, nous devrions inscrire le changement social à l’ordre du jour pour des sociétés plus résilientes et plus équitables. Toutefois, un mélange de lois et de politiques discriminatoires, conjugué à des services inadéquats et à des pratiques culturelles nuisibles, limite la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles. Il en résulte souvent un manque d’éducation sexuelle complète et de services de planification familiale; l’accès limité à la contraception, à l’avortement sans risque et aux soins de maternité; les mariages précoces et forcés d’enfants; et la violence basée sur le genre.

Alors que de nombreux pays ont fait des investissements qui ont permis des gains impressionnants en matière de santé et de nutrition, d’autres ont pris du retard ou risquent de reculer, en particulier ceux confrontés à des niveaux élevés de VIH/sida et d’autres maladies infectieuses, aux effets déstabilisateurs du changement climatique, à des difficultés économiques ou à des conflits. En outre, les femmes et les filles sont disproportionnellement exposées aux effets du changement climatique et ont besoin d’un meilleur soutien pour atténuer et s’adapter aux changements qui menacent leur santé et leur bien-être économique.

Les progrès louables réalisés, notamment en ce qui concerne la santé des femmes et des filles et leur autonomisation économique, doivent être reconnus. Des investissements tels que des solutions de réhydratation orale pour les maladies diarrhéiques, des micronutriments et des suppléments nutritionnels, des programmes de vaccination et d’autres programmes et projets innovants, en donnant la priorité aux femmes et aux filles, ont considérablement amélioré les résultats sanitaires à l’échelle mondiale.

À une époque de changements sociaux, culturels, environnementaux, politiques importants, ces gains sont menacés. Les mêmes approches qui ont permis ces succès resteront-elles pertinentes? Innover pour la résilience et atténuer les effets des pressions externes nécessitera des stratégies et des solutions pratiques et rentables pour éviter les revers.

Mots clés : femmes et filles, femmes et enfants, santé des adolescents, santé et droits sexuels et reproductifs (SDSR), promotion de la santé, vaccination, autonomisation, engagement des communautés

Politique en changement

La prise de conscience de l’impact du changement climatique sur la santé a gagné du terrain et, dans un monde de plus en plus polarisé, les gouvernements commencent à y prêter attention, avec la société civile, les mouvements populaires et les associations professionnelles commençant à exiger des mesures.

L’évolution de la politique nécessite de nouvelles structures de gouvernance mondiale pour aider les dirigeants politiques et les décideurs à influencer les appels stratégiques mondiaux et les réponses nationales. Ces réponses doivent s’attaquer aux liens et influences inextricables des politiques qui ont des effets néfastes sur les populations humaines. Ces réponses doivent également s’attaquer aux inégalités existantes qui empêchent les nations et les communautés de prévenir, d’atténuer et de répondre à ces effets néfastes. Sans cette capacité à répondre efficacement, les plus vulnérables n’ont plus d’autre choix que de migrer vers des communautés plus porteuses d’espoir et de soutien et plus durables. En tant que communauté mondiale, nous devons agir en solidarité avec les plus vulnérables pour créer des opportunités sécuritaires, pacifiques et accueillantes pour ceux qui souhaitent migrer, réduire et prévenir les conflits et améliorer les environnements durables.

Les professions dans le domaine de la santé sont de plus en plus politisées, avec les infirmières et les médecins agissant dans leur travail quotidien ainsi que sur la scène politique, à travers la désobéissance civile par exemple, appelant à la résolution des problèmes structurels qui sous-tendent le changement climatique. La santé étant représentée au niveau du discours climatique international (le GIEC commence à attirer l’AMC, l’OMS, The Lancet, des associations d’infirmières et de sages-femmes, entre autres), il semble que la communauté de la santé mondiale est également inquiète et commence à se mobiliser. Nous nous tournons maintenant vers les détenteurs de savoirs historiques et traditionnels, dont la compréhension holistique/globale de la santé est parallèle au concept de santé de la planète. Cela signifie aussi souvent affronter et réconcilier des histoires coloniales difficiles (au sein des pays occidentaux, ainsi que s’attaquer au déséquilibre mondial Nord/Sud).

Les gouvernements ont la lourde tâche d’établir un équilibre entre le développement économique et la nécessité de maintenir une planète saine, et, dans un monde polarisé, les problèmes climatiques prennent la forme de mouvements politiques (tels que les Vendredis pour l’avenir, Extinction rebellion, les Gilets jaunes). Le changement climatique exige, des chercheurs, des praticiens et des décideurs en santé mondiale, un apport de solidarité fondée sur des preuves à notre monde polarisé actuel.

Mots clés : Cadres de politique mondiale; action politique; activisme; rôle des médias; voix et apprentissages autochtones; sécurité sanitaire mondiale; impact mondial Nord/Sud; action intersectorielle; Objectifs de développement durable (ODD).

Les thèmes transversaux qui seront partagés tout au long du programme comprennent :

  • Équité (incluant l’égalité de genre et les populations marginalisées/vulnérables)
  • Innovation et partenariats (nouvelles approches/méthodes de recherche, technologies, etc.)
  • Approches intersectorielles et systémiques
  • Apprentissage intergénérationnel

L’année 2020 marque l’Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier et le début de la Décennie d’action des Nations Unies appelant à des solutions durables aux plus grands défis mondiaux. La communauté de la santé mondiale est bien placée pour répondre à ces appels et galvaniser l’action autour d’eux. Rejoignez-nous à la 26e CCSM à Ottawa pour explorer cette question.