2018 CCSM Thème

2018 CCSM Thème

En 2018, la Conférence canadienne sur la santé mondiale (CCSM) se déroulera sous le thème Environnements fragiles et santé mondiale. Ce thème fait l’objet d’une attention croissante au sein de la collectivité de la santé mondiale, alors qu’elle tente d’en définir les facteurs et les expériences et de dégager des pratiques. Les lacunes reconnues dans l’état des connaissances actuelles comprennent, sans s’y limiter, un manque de preuves empiriques, une pénurie de données démographiques crédibles, une faiblesse des liens entre le secteur de la santé et d’autres domaines, une insuffisance de collaboration entre les efforts humanitaires et les initiatives de développement et l’absence de programmes et de politiques équitables, plus particulièrement en ce qui concerne les populations vulnérables, comme les femmes et les enfants, les adolescents et les personnes âgées. La CCSM 2018 cherche à faire la lumière et à se pencher sur les moteurs du changement qui pourraient combler ces lacunes, alors que nous nous efforçons de définir des changements positifs et profonds visant à mettre fin aux solutions qui perpétuent le statu quo.

Fragilité

La CCSM s’inspire de la définition que l’OCDE donne au terme « fragilité » : la conjonction d’une exposition à des risques et d’une capacité insuffisante de l’État, du système et/ou des populations locales de gérer, d’absorber ou d’atténuer ces risques (OCDE (2017), États de fragilité 2016 : Comprendre la violence, Éditions OCDE, Paris,http://dx.doi.org/10.1787/9789264269996-fr.), et tient compte des cinq dimensions de la fragilité :

  1. Économique (par ex., le chômage);
  2. Environnementale (par ex., les changements climatiques);
  3. Politique (par ex., l’instabilité, une faible gouvernance);
  4. Sociétale (par ex., la violence d’un partenaire intime, les inégalités salariales);
  5. Sécurité (par ex., les crimes, les conflits).

Dans son rapport, l’OCDE précise que 22 % de la population mondiale — ou 1,6 milliard de personnes — vivent actuellement au sein de contextes fragiles. Le rapport fait état d’une série de recommandations, notamment :

  • utiliser le prisme de la violence — pouvoir, capacité et marginalisation — pour concevoir les programmes et les mettre en œuvre;
  • reconnaître que la prise en compte de la problématique femmes-hommes est essentielle pour la lutte contre la fragilité;
  • apprendre et renforcer la base factuelle : réunir des informations relevant d’un large éventail de domaines de recherche et d’action.

Dans de tels environnements, les systèmes de santé échouent, ce qui se traduit par l’émergence de maladies à virus, comme l’Ebola, et d’autres sources de préoccupations persistantes, en matière de santé publique, comme le choléra, le VIH/sida, la tuberculose et la poliomyélite. L’accès fondamental à la santé est menacé, les inégalités augmentent et les plus vulnérables sont ceux qui en subissent les conséquences, alors que la mortalité infantile et maternelle, ainsi que la malnutrition aiguë atteignent des sommets. La fragilité des états les expose à un risque plus élevé de devoir composer avec des problèmes comme les conflits, le terrorisme, le trafic de drogues et la traite d’êtres humains, la pauvreté absolue, la corruption, les maladies infectieuses et chroniques, la sécurité alimentaire et les génocides. Si les succès sont rares, certaines régions se sont adaptées à la fragilité en procédant à la mise sur pied (embryonnaire) de systèmes de santé résilients. D’autres ont élaboré des modèles de programmation de petite taille et pouvant être reproduits, lesquels semblent prometteurs à l’échelle locale et peut-être même au-delà.

Sous-thèmes :

Comme l’événement est chapeauté par le thème Environnements fragiles et santé mondiale, les sous-thèmes qui se dégageront, dans la programmation, comprendront :

  1. Avancement des droits et de la santé des femmes et des enfants
  2. Politiques en matière de santé mondiale (gouvernance, corruption, accès et responsabilité, rôle du secteur privé et de la société civile)
  3. ODG et collaboration intersectorielle en matière de santé (environnement, sécurité alimentaire, éducation, emploi, etc.)
  4. Facilitation de l’évolution du lien entre les activités humanitaires, le développement et la santé
  5. Inclusion sociale et économique et populations à risque (personnes vieillissantes, handicapées, groupes vulnérables, etc.)
  6. Populations autochtones

Cette liste n’est pas exhaustive; elle ne comprend donc pas toutes les questions pouvant être examinées à l’occasion de la conférence Environnements fragiles et santé mondiale. Il s’agit plutôt d’une liste de sujets clés actuels que la CCSM 2018 souhaite aborder, dans le cadre de sa contribution au domaine de la santé mondiale.

Les thèmes transversaux qui seront soulevés comprennent :

  • l’innovation dans la conception et la mise en œuvre de programmes
  • le renforcement de la base factuelle pour la recherche, les politiques et la mise en œuvre de programmes
  • l’égalité entre les sexes
  • le bien-être